Bannière
Nov04

Yannick Alleno

Categories // Rencontres & Interviews

Yannick Alleno

Très attaché à son terroir francilien, ce jeune chef tri étoilé brille aux fourneaux du Meurice, en revisitant les grands mets traditionnels de la haute gastronomie française et en s’approvisionnant essentiellement chez des producteurs locaux. Depuis 12 ans, il accumule les victoires, avec un Bocuse d’Argent en 1999, une première étoile en 2003, lors de son arrivée au Meurice, la seconde un an plus tard et la troisième en 2007.

Le dessert qui vous évoque un souvenir d’enfance ? Ce n’est pas un dessert mais un plat : le « poulet à la bouteille » de ma grand-mère Aniel Zélie. Au coeur de sa Lozère natale, elle préparait tout l’hiver des conserves pour nourrir (déjà sainement) ses treize enfants. Elle concoctait notamment, durant de longues heures, une galantine de poulet qu’elle insérait après dans une bouteille. Il suffisait après, pour la déguster, d’ouvrir la bouteille à l’aide d’un diamant de vitrier. J’exécute aujourd’hui cette recette en lui ajoutant un peu de foie gras et de truffe.
Votre maison de vin préférée ? La maison Chapoutier reste une référence.
Votre marque de champagne ? Pommery avec ma cuvée « Blue Time ».
Où vous procurez-vous vos produits, vins et champagnes ? Essentiellement chez les producteurs.
Votre chef de référence ? Paul Bocuse.
Un de ses plats qui vous correspond ? Je vais choisir la soupe Valéry Giscard d’Estaing.
Vos destinations business ou gourmande préférées ? Avec mon emploi de chef étoilé, les préferées je pense, restent à venir.
Votre destination évasion préférée ? Je rêve de découvrir Bali.
Votre livre de chevet ? Bien qu’aimant la lecture, je n’ai malheureusement pas le temps de lire le soir en ce moment. 
Si vous n’aviez pas été cuisinier, quel serait votre métier ? Je ne sais pas, je n’en n’ai jamais envisagé un autre car, depuis mon plus jeune âge, j’étais déjà dans les casseroles de ma mère.
Si vous aviez un rêve, quel serait-il ? J’ai la grande chance de vivre mon rêve.
Un artiste ? La sculptrice Laurence Bonnel.
Un sport ? Je n’en n’ai pas un de prédilection. J’aime le sport en général pour me maintenir en forme.
Un acteur ? John Travolta.
Un vêtement ? Je suis particulièrement sensible à l’élégance féminine : pour moi, un vêtement est automatiquement une robe, de chez Jonathan Riss de préférence.
Une montre ? Une Cartier.
Une voiture ? Je rêve d’une Aston Martin.
Que représente pour vous l’Epicurien et l’Art de vivre ? L’Art de Vivre, c’est le quotidien ici, au Meurice, notamment en faisant plaisir, en donnant du plaisir à nos clients qui, eux-mêmes, prennent du plaisir à venir découvrir et savourer la gastronomie française dans un cadre majestueux qui incarne l’art du « bien vivre » français.